Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Sortie de promotion à l'école nationale de police: "Union sacrée" prête à servir la Nation

Le ministre d'Etat, ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, Pengdwendé Clément Sawadogo, agissant au nom du premier ministre, chef du gouvernement a patronné la cérémonie officielle de sortie de la 50e promotion de l'école nationale de la police, ce vendredi 23 juillet 2021 à Ouagadougou.

C'est sous le thème : la formation du policier à l'aune de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale" que les 639 nouvelles compétences de la sécurité issues de la 50e promotion de l'école nationale de Police, ont prêté serment ce vendredi 23 juillet 2021 à Ouagadougou pour servir la nation avec abnégation et professionnalisme. Par la voix du délégué de la promotion, Daïla Emmanuel, la 50e promotion s'engage à relever le défi sécuritaire avec honneur et détermination dans le professionnalisme. Cette promotion baptisée "Union sacrée" par le ministre d'Etat, Pengdwendé Clément Sawadogo est composée de 453 élèves sous-officiers et 186 élèves de la police municipale.

Ainsi, le ministre d'Etat a jugé bon de faire porter les galons aux 639 impétrants car, a-t-il dit, après plusieurs mois de formation et d'instruction, ils ont acquis des compétences nécessaires et des valeurs morales à devenir des policiers et surtout des hommes meilleurs qui seront bientôt au service de la nation. « Votre métier exige de vous dévouement, abnégation, patriotisme et esprit de sacrifice. Ce sont ces vertus qu'il faut accepter de porter quand on a choisi de donner sa vie pour la sécurité des autres », a conseillé Pengdwendé Clément Sawadogo.

Dans un contexte où l'unité nationale et la cohésion sociale sont menacées, le ministre d'Etat a demandé la cohésion et l'unité au sein des forces de défense et de sécurité afin de pouvoir éradiquer le terrorisme au Burkina.

Pour renchérir sur les propos du ministre d'Etat, le ministre de la sécurité, Maxime Koné a indiqué que nos forces de défense et de sécurité doivent éviter les querelles de clochers entre corps car il n'y a pas de héros solitaire. « Nous avons donc l'obligation de travailler en rang serré », a-t-il soutenu.

Direction de la Communication et de la presse ministérielle