Point de presse du Gouvernement


 Le MATD aborde les questions du code électoral et du hadj

Code électoral et vote des Burkinabè de l’extérieur, préparatifs du hadj édition 2018, actualité nationale…, sont entre autres les thèmes qui ont été abordés lors de la 5ème conférence de presse du Gouvernement. Cette conférence qui a eu lieu le jeudi 2 août 2018 dans la salle de Conférence du Centre national des archives a connu la participation du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Siméon Sawadogo.

 

Le ministreSiméon Sawadogodans sa déclaration à la conférence de presse s’est attardé sur la question de l’adoption de la loi portant révision du code électoral avec la CNIB et le passeport comme documents de vote qui fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Pour le ministre Sawadogo, la loi 014 du 03 juillet 2001 portant code électoral au Burkina Faso a connu une dizaine de révisons qui avait pour objectif d’adapter les dispositifs permettant des élections libres et transparentes. La récente révision a de ce fait, porté sur les aspects relatifs au vote des Burkinabè de l’étranger et à l’adoption de la constitution.

Selon lui, l’ensemble de la classe politique a été concerté avec les techniciens du ministère en charge de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), les partis politiques de l’opposition et de la majorité ainsi que les organisations de la société civile afin de dégager des points de consensus concernant les documents de votation des Burkinabè de l’étranger.

Comme documents de vote, le passeport proposé par l’opposition a été retenu ainsi que la carte nationale d’identité burkinabè. Cependant, la carte consulaire biométrique n’a pas été prise en compte car, elle ne certifie pas la nationalité de l’individu et n’existe pas dans tous les pays, a avancé le MATD. Et d’ajouter que pour une question d’équité, il a fallu trouver un document unique qui va unir l’ensemble des Burkinabè autour de ce vote.

A la question de savoir si l’Office nationale d’identification est à même dans sa structuration actuelle d’apporter les documents de votation notamment la CNIB, le ministre a rassuré les uns et les autres que cette structurea la capacité de produire près de 5000 cartes d’identité par jour et ce, malgré la crise entre ses agents et sa Direction générale.

Le deuxième point abordé lors de la conférence a concerné les préparatifs du hadj édition 2018. A ce niveau, le ministre Sawadogo a laissé entendre que c’est au total 8143 pèlerins qui ont été retenus dans le cadre de l’accord signé entre le Burkina et l’Arabie Saoudite. 50% des futurs Hadj seront transportés par la compagnie aérienne Air Burkina et 50% par une compagnie Saoudienne.

La Direction de la Communication et de la Presse ministérielle

Photos

 
 
 
 
 
 

Video

videoL'invité du jour sur africa 24