Nouveau modele de gestion de la sécurité au Burkina

 

Le MATDS sollicite la contribution des partenaires institutionnels

La sécurité et la paix des burkinabés n’ont pas de prix. Elles requièrent une mobilisation et un investissement de toutes et tous. C’est conscient de cette réalité que le ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la sécurité MATDS a organisé les 6 et 7 septembre 2012 à Ouahigouya, chef lieu de la région du nord, un atelier national d’orientation de l’accompagnement efficace des structures communautaires de sécurité par les autres partenaires institutionnels. Cette rencontre de deux (02) jours a été présidée par le gouverneur de la région du Nord, Boukary Khalil BARRA, représentant le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité.

 

Proposer un mécanisme d’accompagnement efficace des structures communautaires par les partenaires institutionnels. Telle est la philosophie qui a sous- tendu l’atelier de Ouahigouya. Il s’agit d’informer les participants sur la nouvelle politique que le gouvernement a adopté depuis un certain temps. Il s’agit de la politique de la police de proximité qui est un nouveau modèle de gestion de la sécurité axé sur la participation des communautés. Comme vous le savez, les méthodes classiques de lutte contre l’insécurité s’est avérée inopérante ; les forces de sécurité n’ont pu jusqu’à présent contenir ce phénomène. Alors, le gouvernement a réfléchi sur ce modèle de gestion.

Pour nous C’est une lutte commune et aucun acteur ne doit rester à la marge. C’est pourquoi nous avons organisés des séries de séminaires et d’ateliers, et cet atelier national qui constitue le deuxième du genre prend en compte les acteurs institutionnels. Nous avons voulu leur expliquer ce que c’est que la police de proximité, leur demander de faire des propositions contributives afin que nous puissions lutter contre l’insécurité, a indiqué le directeur de la police de proximité, le commissaire principal de police Irnou KAMBIRE.
Les structures communautaires de sécurités, représentées à l’atelier de la cité de Naba kango par les associations koglwéogo, les associations de chasseurs dozo et le forum des CLS de Bogandé ont traduit toute leur reconnaissance au gouvernement burkinabé, pour avoir engagé une politique sécuritaire axée sur la communauté organisée. Selon leur représentant, Marc Sanou, la mise en place des initiatives locales de sécurité depuis plusieurs années, répond au souci des communautés de jouer leur partition en matière de protection des biens et des personnes dans leurs sphères d’existence.

alt

Autant les individus, pauvres ou riches, intellectuels ou pas, chômeurs ou travailleurs, que les institutions, chacun est une cible pour les criminels et assimilés. Nous sommes toujours logés à la même enseigne, et donc condamnés à trouver des réponses appropriées cette gangrène qui nous empêche de nous épanouir durablement, a-t-il ajouté. Et la réponse apportée par le gouvernement, qui consiste à intégrer la participation communautaire à travers la police de proximité, la lutte contre l’insécurité réjouit les structures communautaires ; et elles l’ont fait savoir à la rencontre de Ouahigouya. Ces structures communautaires, à en croire toujours leur porte parole, se sont pleinement investies, au péril de leurs vies, pour apporter leur part contributive à la quiétude et au développement de tous ceux qui vivent sur le territoire burkinabé. Nous n’avons aucune prétention d’agir comme des services publics de sécurité. Nous nous investissons dans le respect des lois et politiques de notre pays, et condamnons du reste toute attitude contraire à ce principe fondamental qui doit régir notre action, ont elles rassuré.
Pour le gouverneur de la région du nord, représentant le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité, le phénomène de l’insécurité est complexe, et la lutte en la matière requière une conjugaison d’efforts à tous les niveaux. Selon Boukary Khalil BARA, en consacrant la police de proximité comme politique, le gouvernement entend responsabiliser davantage les communautés organisés dans des structures communautaires de sécurité afin que de façon significative nous puissions inverser la tendance actuelle de l’insécurité. C’est une option partage par les différents acteurs sociaux et qui conforte le gouvernement de sa pertinence, avec les contributions multiformes apportés par les structures communautaires à travers le pays , a martelé le premier responsable de la région du Nord.

altLes participants à cet atelier de Ouahigouya, au nombre de cent six (106) étaient composés entre autres d’autorités administratives, politiques, coutumières et religieuses, des personnes ressources, des partenaires techniques et financiers, des points focaux des ministères, des points focaux régionaux de la police de proximité, etc. Des communications qui leur ont été livrées, l’on peut citer l’introduction de la police de proximité au Burkina Faso, le bilan de la mise en œuvre opérationnelle et la réorientation de la police de proximité et les attentes vis-à-vis des acteurs institutionnels. Toutes ces communications ont permis aux participants d’apprécier la pertinence de la police de proximité et la valeur ajoutée qu’elle est à même de produire en matière de moralisation sociale et d’éducation de la jeunesse. Une jeunesse qui, à entendre le gouverneur Khalil BARA, est de plus en plus la proie de la tentation à la délinquance, à l’incivisme et aux troubles à l’ordre public. C’est au prix de l’engagement collectif que nous créerons un environnement de sécurité propice au développement et à l’épanouissement de tous ceux qui vivent sur notre territoire, a-t-il conclu.
En rappel, c’est par {{décret N°2010-274/PRES/PM/SECU}} que le deuxième plan quinquennal de la police de proximité. Cette adoption vient confirmer l’ambition du gouvernement de consolider les acquis du premier plan et ce, à travers une réorientation du concept et de l’approche pour plus de mobilisation sociale et d’efficacité durable.


Par Alassane KABORE

 

Photos

Sample Image Sample Images Sample Images Sample Images Sample Images Sample Images

Video

videoL'invité du jour sur africa 24